Cgtjouvesafig ouvre l’agence de relations presse CGT Jouve Safig

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Ouverture de CGT Jouve Safig

Cgtjouvesafig annonce l’ouverture de l’agence de relations presse CGT Jouve Safig.

Cgtjouvesafig commente cette ouverture :

Cette ouverture d’agence de relations presse sur Internet est une opportunité tout particulièrement appréciée. En effet, avec CGT Jouve Safig nous disposons d’un outil indépendant et gratuit pour communiquer sur Internet.

N’hésitez donc pas à vous abonner au flux RSS de l’agence CGT Jouve Safig pour suivre en direct son actualité presse.

Reprise du groupe Safig par Jouve

Les informations données par la direction amènent à penser que Jouve va mettre à profit :

o la diminution significative des effectifs salariés du Groupe SAFIG (environ -30% par rapport à 2008 (l’effectif du groupe hors Cabestan était de 984 salariés en 2008. Il est de 747 salariés - 718 hors Cabestan - à la reprise) avec un chiffre d’affaires relativement maintenu (entre -5 et -10% par rapport à 2008). Les gains de productivité qui devront en résulter ne sont pas expliqués.

o les synergies commerciales, produits, recherche et développement entre les deux groupes.

Sur le plan financier, les informations ne sont pas complètes et ne permettent pas d’évaluer la totalité des apports financiers qui seront faits par JOUVE :

o les banques vont transformer une partie des emprunts en capital de SAFIG de telle manière que ce capital puisse absorber ses pertes. On peut donc estimer à ce stade que la société aura une situation nette de zéro. Les actionnaires majoritaires s’engageront à céder leurs parts à JOUVE pour un montant qui n’est pas divulgué. De même, nous n’avons pas d’information sur les éventuels apports financiers sous d’autres formes que les actions.

A ce jour, notre information sur les conséquences financières de cette reprise par JOUVE n’est pas satisfaisante.

Notre appréciation sur cette opération

Notre appréciation dépend des réponses qui peuvent être apportées aux questions suivantes :

o Est-il logique d’investir l’énergie et la trésorerie de JOUVE dans un projet externe alors qu’il existe des problématiques internes importantes et internes qui ne sont pas réglées à ce jour ?

Rappelons que notre principale préoccupation, aujourd’hui, est la difficulté que rencontre JOUVE sur les marchés de l’imprimé. Le PSE de 2009, d’après nos dirigeants, devait suffire à réaliser un ajustement qui nous remettrait sur les rails. Or, nous savons que les marchés de l’imprimé sont durablement perturbés. A un problème structurel, Jouve a apporté une réponse conjoncturelle insuffisante.

Dans ce contexte, il n’y a à notre avis que deux réponses stratégiques, éventuellement mixées :

1. réaffirmer notre position sur l’imprimé par des investissements matériels, organisationnels, marketing qui nous donneront des avantages concurrentiels pour reconquérir et développer nos marchés. Nous avons les moyens financiers de le faire.

2. considérer que le déclin du marché de l’imprimé est inéluctable et qu’une diversification sur de nouvelles activités permettra de compenser ce déclin.

Sur cette base, la seconde question que nous nous posons est :

o En quoi la reprise du groupe SAFIG apporte t’elle des réponses à la problématique de JOUVE ?

A notre avis, elle ne concoure pas au renforcement de notre position sur les marchés de l’imprimé. Au contraire, en engageant une partie de la trésorerie de JOUVE, elle appauvrit ses possibilités d’investissement sur des projets propres à Jouve.

Alors, peut-elle venir compenser la probable baisse d’activité du secteur de l’impression ? Ce pourrait être le cas à conditions qu’il existe un plan d’évolution des compétences pour préparer des salariés de JOUVE à une future reconversion sur les activités en développement, en autres à travers Safig. De même, l’objectif d’une fusion à terme des deux groupes contribuerait à rassurer sur la volonté d’apporter des solutions à Jouve et pas seulement à Safig, à travers cette opération.

Pour le moment, l’information qui nous est donnée ne mentionne aucune intention dans ces objectifs.

Ces éléments fondent aujourd’hui notre scepticisme sur l’intérêt de cette opération pour les salariés de JOUVE. Alors qu’elle pourrait contribuer à apporter des solutions, nous craignons qu’elle soit l’occasion d’un désengagement de JOUVE tant financier que stratégique. Elle nous oblige à poser une fois de plus la question de la réelle volonté de nos dirigeants à apporter une réponse responsable aux difficultés que nous rencontrons. Elle nous inquiète sur les intentions réelles de Jouve sur l’avenir des salariés des activités aujourd’hui en déclin.

Nous avons cependant noté avec intérêt, dans l’information qui nous a été donnée, des déclarations d’intention qu’il suffirait que nos dirigeants traduisent en acte pour leur donner une réalité aujourd’hui par trop virtuelle :

« Le groupe JOUVE s’appuie sur sa situation financière pour se redéployer en France et à l’étranger (USA, Inde) au travers d’actions complémentaires :

o Réorganisation

o Acquisitions externes

o Relance commerciale sur l’ensemble de la palette des prestations et services offerts.

JOUVE construit une politique à long terme et privilégie une approche industrielle et humaine loin de toute logique de placement financier. Son actionnariat est familial et stable depuis plus de 35 ans et réinvestit chaque année dans l’entreprise. »

« JOUVE a donc identifié le marché du BPO comme un marché pouvant servir de relai de croissance important pour l’avenir du groupe. »

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “Cgtjouvesafig ouvre l’agence de relations presse CGT Jouve Safig”

  1. Merci pour ce premier communiqué.
    Nous vous souhaitons une excellente communication sur Internet grâce aux communiqués de presse.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>